86 ans après la Grande Guerre

86 ans après la Grande Guerre

Les Drancéens ont été très nombreux à venir rendre hommage aux morts de la Première Guerre mondiale.

ette cérémonie fut marquée notamment par la présence de nombreux jeunes et c’est suffisamment rare dans ce type de manifestation pour qu’on le remarque. Des jeunes drancéens venus avec leurs amis lycéens allemands qui séjournaient à Drancy dans le cadre des échanges du jumelage. Autre fait marquant de cette commémoration, la présence de deux délégations des villes allemande et anglaise jumelées avec Drancy. Wolfgang Perske, adjoint au maire, conduisait la délégation d’Eisenhüttenstadt venue fêter le 41e anniversaire du jumelage avec Drancy. Mme et M. Mills représentaient le comité de jumelage de Willenhall. Aux côtés des élus et des personnalités du monde ancien combattant, les Drancéens rassemblés place de l’Hôtel de Ville ont écouté avec beaucoup d’attention le message du ministre délégué aux Anciens combattants, Hamlaoui Mekachera, lu par Robert Janssens, conseiller municipal. L’expression de la gratitude de tous aux derniers poilus, témoins de l’horreur et de la grandeur de ces temps de fer, de feu et de sang. Le député-maire, Jean-Christophe Lagarde, s’attacha à rappeler combien ces millions de jeunes européens partis en 1914, la fleur au fusil, furent marqués à jamais – pour ceux qui survécurent – par cette grande boucherie. Combien aussi ce conflit, qui ouvrit les portes d’un nouveau siècle, fut porteur de changements sociologiques profonds, comme l’entrée de millions de femmes dans la vie active pour remplacer les soldats partis au front. Puis, Paul Guengant, secrétaire de l’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (UFAC), lut le message de son organisation, exprimant notamment la condamnation la plus ferme des nombreuses profanations de monuments et sépultures, ainsi que celle de tous agissements et formes de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie et d’exclusion.
La foule devait ensuite rejoindre en cortège le cimetière communal où furent déposées de nombreuses fleurs au pied du monument aux morts de 14-18.

Marius Merlin décoré de la Médaille militaire
À l’issue de la cérémonie du 11novembre, de nombreuses personnes se retrouvaient à la salle Louis Méret où Jean-Christophe Lagarde devait honorer un Drancéen au parcours exemplaire, Marius Merlin.
Arrivé à Drancy à l’âge de 3 ans en 1926, Marius Merlin suit par la suite une formation à l’école professionnelle de la Compagnie Électro Mécanique du Bourget, société dans laquelle il poursuivra une brillante carrière.
En 1941, ne supportant pas l’occupation allemande, il essaie de rejoindre l’Angleterre, s’engage dans la Marine et, à 18 ans, rejoint Toulon, puis Bizerte pour ses classes. Affecté en juillet 1942 comme mécanicien à l’artillerie de côte d’Oran en Algérie où il reste jusqu’au débarquement anglo-américain en novembre 1942, il obtient la Croix de guerre à étoile d’argent. Volontaire pour réarmer l’escadre française internée à Alexandrie, il rejoint l’Egypte après avoir torpillé et coulé devant Tobrouk. Puis, c’est l’escorte des transports de troupes vers l’Italie jusqu’au débarquement en Sicile et en Corse puis enfin en Provence le 15 août 1944. Enfin, Marius Merlin effectuera des missions de déminage, de bombardements et de chasse aux sous-marins allemands sur la côte méditerranéenne, qui lui vaudront deux nouvelles citations. Après avoir été décoré, en 1989, de la Croix de Chevalier dans l’Ordre national du mérite, Marius Merlin s’est vu remettre, au nom du Président de la République, ce 11 novembre 2004, des mains d’Albert Liard, lui-même Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur, l’Ordre national du mérite et Médaille militaire, la Médaille militaire.

Une réaction au sujet de « 86 ans après la Grande Guerre »

Laisser un commentaire